LIGER club de ROANNE, Loire

Chanson militante composée pour SOS Loire Vivante

 

et l'annulation du projet de barrage sur la Loire au Serre de Lafarre (43)

 

par Georges Valentin

 

 ...Vieux chanteur désenchanté
 tente en chantant de vieux chants plaisants
 d'enchanter public complaisant...

 

C'est ainsi que se définit Georges qui chante Brassens

Bobby Lapointe, Ricet Barrier, les Pierre Vassiliu et Perret ...

 

 

 

Le poète a su trouver les mots pour chanter la Loire d'en haut :
Georges Valentin survole un combat acharné de protecteurs de la nature 

pour préserver les richesses du fleuve naissant de la bêtise humaine !

 

Cette chanson, composée pour les 20 ans de SOS Loire vivante, reste toujours d'actualité.

 

 

georges.jpg

http://valentin.tremolo.fr

 

 

 

 

Pour écouter la chanson

cliquez ici

 

 


I
J'aimerais bien chanter la Loire
Oh bien sûr, pas la Loire entière !
Je risque de vous décevoir,
Mais pour fair' mil borne' en cent vers,
Jamais je trouverais les mots,
Oh ! Eh ! Y'a pas marqué "Hugo" !
Et puis la Tourain', le Berry,
La douceur angevine, même,
Ont inspiré tant de poèmes…
Mes vers sembleraient riquiqui !
 
II
Tandis que la Loir' de chez moi,
Soit le cours qu'on dit supérieur,       
(A bien juste titre, ma foi),
Fut dédaignée par les rimeurs.
Quittant les monts du Vivarais                      
La Loire espiègle entre en Velay       
Montagne d'espace et de feu.
C'est un pays béni des dieux,
Où, j'en mets ma main à couper,
Du Bellay n'a jamais mis l' pied.
 
Refrain :
La Loire est vivante et fragile,
Laisse-la tranquille.

 

III
Tel un circaèt' Jean Leblanc,
Je voudrais survoler la Loire,
(Jean Royer faisant le serpent)
Pour m'éblouir de ses eaux noires
Qui passent de pools apaisants
En rapides jamais méchants…
A l'admirer, on peine à croire
Qu'elle a ce fichu caractère,
Et fait d'effarantes colères ;
La Loire est dur', mais c'est la Loire...
 
IV
Mais Miladiou ! Rien n'est aisé
Même au plus grand fleuve de France,
Et des riverains insensés
Lui infligent bien des souffrances :
Ici, Montpezat la dépouille,
Là, le Puy-en-Velay la souille,
Pourtant, qu'en soit loué Pénée,
Le désastre fut évité,
Quand ont débarqué les pillards
Au pied du Serre de La Fare.
 
Au refrain
 
V
Une bande d'élus séniles
Avait cependant claironné :
"Ce ne sont pas dix imbéciles
Qui vont pouvoir nous arrêter" !
Mais les imbécil's, contagieux,
Toujours de plus en plus nombreux,
De tous les bords, de tous les âges,
Vingt ans après sont toujours là,
Tandis que le vieil Epala
A plié armes et barrages !
 
VI
La loutre peut toujours pêcher,
Dans l'eau clair' des gorges sauvages,
Le cincle à l'abri des rochers
Susurre encore son ramage.
On peut y voir bergeronnette,
Grand-duc et chevalier-guignette,
Le faucon pèlerin mythique,
(Le vrai est hélas prolifique)
Et dans le ciel, l'orbe idéal
De l'éclatant milan royal.
 
Au refrain
 
VII
Vous les fossoyeurs de nature,
Promoteurs d'uniformité,
Tous ceux dont la désinvolture
Pour engloutir une vallée
N'a d'égale que le mépris
Pour les péquenots du pays,
Ne vous piquez pas de progrès
Quand il n'est que le prête-nom
D'arrogants barons du béton
Et de leurs grossiers intérêts.

 

VIII
Il faut une troupe attentive
Pour sauvegarder les cours d'eau,
Barouder tout au long des rives,
Alerter l'ignorant badaud :
Révérence reconnaissante
Pour SOS Loire vivante,
Qui fait barrage aux pollueurs,
Et qu'une fois pour toutes, meure,
Tant pis pour la diversité,
L'espèc' du vandale enragé.
 
Au refrain

 

 

 

 



12/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres