LIGER club de ROANNE, Loire

OUVRAGE INÉDIT/ La Batellerie en Loire "haute", Jean Lavigne

 

AVSJSR.jpg

Les Amis du Vieux Saint-Just Saint Rambert

 

 

Parution

 

14 octobre 2016

ST ÉTIENNE, Loire

 

 

La batellerie

en Loire haute

du Gerbier de Jonc au Roannais

 

1702 > 1764

 

 


 

 

Jean Lavigne est tombé dans le grand bain de Loire après avoir consulté son arbre généalogique; il est descendant de charpentier en bateaux !
 
Les 8 ans de recherche de ce Stéphanois dans les registres paroissiaux et les actes notariés à la découverte de la vie des charpentiers "en batteaux" et aussi les voituriers par eau ... ont donné naissance à à son premier ouvrage inédit dédié aux débuts de la batellerie de la Loire "haute" (1702-1764).
Il a reçu l'aval de l'association des Amis du Vieux St Just-St Rambert dont il est membre.
 
 

 

Un beau livre !

 

Aucun texte alternatif disponible.
 
 
Un LIVRE inédit
une idée de CADEAU ! ...
 
 
La Batellerie
de  Loire "haute" du Gerbier de Jonc au Roannais
 
éditions faucoup
192 Pages - 26 x 24 cm
28 € + frais de Port 7 €
 
Pour toute commande : 
Jean LAVIGNE
La Rivoire, 5, allée des Terriers 
43120 MONISTROL-sur-LOIRE
06 80 42 14 19
 
 
Aucun texte alternatif disponible.
 
René Fessy a apporté une modeste contribution photographique

au livre de Jean Lavigne!

 

 

Présentation

 

Forum de la Généalogie

ROANNE

 

15-16 octobre 2016

 

L’image contient peut-être : 2 personnes
 Jean Lavigne & Bernard Chazelle
 

facebook

 

 

Cycle des conférences/dédicaces

Jean LAVIGNE

 

CALENDRIER 2017-18-19

 

 

Communiqué de PRESSE

 

Ce que la région stéphanoise,

associée à la Loire et à la « ramberte »,

doit à Louis XIV


 

Dans un ouvrage patronné par les Amis du vieux Saint-Just Saint-Rambert, Jean Lavigne lève le voile sur l’histoire de la Loire « haute » et son activité de batellerie au début du XVIII ° siècle. Un apport de connaissances du patrimoine de cette période, qui méritait d’être approfondie.

 

Aux termes de huit années de recherches dans les registres paroissiaux, croisés avec les actes notariés, Jean Lavigne a reconstitué par le menu l’histoire de la batellerie jusqu’à nommer le premier charpentier qui aurait construit la première « ramberte » et son lieu de construction. C’est d’ailleurs à la rencontre d’un ancêtre charpentier au XVII° siècle à Saint-Rambert, dans le cadre de travaux généalogiques auxquels il se livra la retraite venue, que déroulant le fil des écrits, il s’est passionné pour cette histoire de la batellerie sur la Loire, dédiée principalement au commerce du charbon, concomitante avec le développement industriel du bassin de Saint-Etienne.

 

 

JL: BATELLERIE 1.jpg

 

 

Le projet de rendre la Loire navigable pour relier Saint-Etienne à Roanne avait déjà été envisagé dès la fin du XVI° siècle puis plus sérieusement en 1670, sans suite toutefois. A la suite de l’ouverture du canal de Briare en 1642, créant le passage de la Loire à la Seine, s’ouvrait après Nantes la route de Paris pour l’acheminement du charbon vers les manufactures royales. Des deux bassins houillers repérés, à Brassac dans le Haut-Allier et Saint-Etienne, c’est le premier qui est choisi. L’Allier plus docile sera le premier vecteur de ce commerce.

Quand ce bassin ne suffit plus, on se tourne vers le bassin stéphanois. En 1702, par lettres patentes du roi Louis XIV sont octroyés le droit et le monopole de la navigation sur la Loire à Pierre De La Gardette qui avait remis le projet au goût du jour, à savoir : aménager le cours de la Loire jusqu’à Roanne à ses frais et assurer ensuite son entretien, en compensation : les droits de navigation. La Compagnie La Gardette réalise les travaux de 1702 à 1705. Ces travaux consistent à réduire principalement les rochers amoncelés au Saut du Perron obstruant le passage dans les gorges de Villerest. En 1705, un premier « batteau » dénommé « sapine ou ramberte », fabriquée à Saint-Rambert, descend, chargé de charbon de Roche-la-Molière, le cours de la Loire depuis Saint-Just jusqu’à Roanne.
 
Epluchant les archives, Jean Lavigne recense les départs de ces embarcations d’un seul voyage, « déchirées » à l’arrivée, le bois réemployé ou brûlé : 25 en 1710, 122 en 1725, 404 en 1740, jusqu’à plus de 4.000 vers 1830, à l’arrivée du chemin de fer à Andrézieux. Ce dernier se prolongeant jusqu’à Roanne causera ensuite la perte de cette batellerie.

Ce commerce était servi par des charpentiers venus au départ du Haut-Allier et de Roanne, au nombre de 20 identifiés dans les premières années, de 60 vers 1730 et de plusieurs centaines à terme. Artisans, ils étaient employés le plus souvent à façon par la compagnie La Gardette que dirigent, associés à la bourgeoisie locale, Jean Sarrazin, Etienne Dugène et Pierre Vernas de la Ridellière. Ces dits « messieurs de la nouvelle navigation» prendront appui, non sans mal, sur des acquisitions de «terres de charbon » sur toute la région stéphanoise, pour exploiter en monopole de fait, le commerce du charbon au port de Saint-Just. Les Berry-Labarre, arrivés de Roanne vers 1740 à Saint-Just, après avoir créé une flotte de mariniers, détrôneront vers 1735-1745 cette bourgeoisie avec la complicité de Joseph de Giry, baron de Vaux, propriétaire desmines du Clapier à Saint-Etienne. Ce dernier avait obtenu en 1738, grâce à son frère l’Abbé de Saint-Cyr, précepteur des enfants de Louis XV à Versailles, le privilège du commerce du charbon à Saint-Just. Vers 1755, le baron en difficulté, les Berry-Labarre reprendront à leur compte ce monopole. Quant à celui de navigation, il restera entre les mains de la compagnie, bien affaiblie, pour s’éteindre quelques années après la révolution.

Jean Lavigne raconte cette saga jusqu’en 1764, où les Berry-Labarre perdront ce Monopole. Le commerce du charbon deviendra alors à peu près libre, sous la pression auprès du roi, des marchands de Roanne et probablement d’un des plus célèbres Pierre Mellet-Mandard. Il en résultera la venue des marchands de charbon à Saint-Just.

Un chapitre est dédié à la ramberte, à ses métiers et à la navigation de Saint-Just à Roanne, en passant par Balbigny et les fameuses gorges de Villerest. Suit un chapitre sur la vie locale de Saint-Just Saint-Rambert vers 1760. Un dernier chapitre écrit par Henri NOCHEZ, président d’Amiproche à Roche-la-Molière, est consacré au charbon, jusqu’à la fin du XVII° siècle.

Important, l’auteur livre en annexe toutes les pièces justificatives, actes principaux entièrement transcrits.

Une suite de photos couleur, du Gerbier de Jonc au Roannais et des sites miniers de la région stéphanoise, complète l’ouvrage.
 
 
 
ceux du roannais.jpg

 

 

Les bateaux fabriqués à Roanne :

 

Examen sommaire des actes notariés confiés par Madame BROISIN (Ceux du Roannais). Ils portent en gros sur la première moitie du 18° siècle, période coïncidant à celle du livre “la Batellerie de la Loire haute 1702-1764” de Jean Lavigne.

 

Nombre d’actes d’achat de bois sur 3 périodes :

1696 à1705 (10 ans) : 23

1706 à1720 (15 ans) : 5

1730 à1748 (18 ans) : 10

(La majorité porte sur des achats de sapin et de pin le chêne est nettement minoritaire).

 

Nous trouvons donc de nombreux actes d’achat de bois importants avant 1706. Ensuite ces achats s’amenuisent : St-Rambert est rentré en concurrence et il semble que le travail des charpentiers de Roanne va se limiter dorénavant à la fabrication de quelques bateaux (probablement peu en chêne) et à la réparation des sapines endommagées venues de St-Just St-Rambert, éventuellement à leur aménagement. Un grand nombre de charpentiers ont dû se trouver sans travail et il est fort possible qu’ils se soient reconvertis en mariniers, les gens de St-Rambert n’allant généralement pas au-delàde Roanne. Si l’on admet qu’àRoanne, on fait - à partir de trois rambertes : deux - ou àpartir de deux : une - (livre p 50) - peu devaient être “déchirées”. Le nombre de bateaux disponibles n’étant pas suffisants on trouve en plus quelques achats de sapines àMelay, village situésur la Loire, à25 km en aval de Roanne (AD42-5E29-13-1714 et AD42-5E27-495-1726). Ces dernières, aux ordres des marchands de Roanne, devaient probablement transporter de la marchandise àpartir de ce village ou de lieux situés en aval.

 


 

Avec le soutien

 du Liger club de Roanne

 

https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_5779106_201606265620307.jpg

 

 

 

Revue de PRESSE

 

https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_2633435_201308294905662.jpg

27 décembre 2016

 

p.jpg

 


 

L&t.jpg

N° 99 Hiver 2016-17

 

lt.jpg
 


 
 l'essor .jpg
7 janvier 2017
 

Patrimoine : ce que la batellerie de la Loire doit à Louis XIV

 

Dans un ouvrage publié par les Amis du vieux Saint-Just-Saint-Rambert, Jean Lavigne lève le voile sur l'histoire de la Loire « haute » et son activité de batellerie au début du XVIIIe siècle. Un apport de connaissance du patrimoine de cette période, qui méritait d'être approfondie.

 

 

 

 

Lire la suite de l'article

 
 

 

 

sagnard .jpg


Lire la suite en ligne

 


 

 https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_5747596_201606111045106.png

26 janvier 2017

 

Le développement de la batellerie au XVIIIe siècle
2 Pays Roannais.jpg
 

 

 https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_2633435_201308294905662.jpg

27 février 2017

 

Jean Lavigne: P .jpg
 
 

 
https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_2633435_201308294905662.jpg
7 juillet 2017
 
L’image contient peut-être : 1 personne
 
 

 
RCF .png
27 avril 2017
 
 
La batellerie de la Loire du
Gerbier de Jonc au Roannais
vue par Jean Lavigne
Présentée par Chantal RANCHON, Jean-Claude Duverger



> Réécouter
 

 
 
https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_2633435_201308294905662.jpg
29 mars 2018
 
Jean Lavigne .jpg
 

 


 

 

Ancres de la Marine de Loire :

l'une a été retrouvée à Roanne, Loire.

 

 

Les ancres trouvées assez fréquemment dans les sables de la Loire et de l’Allier, sont à peu près toutes identiques (forme et dimensions).
Une ancre a été repêchée à Roanne en 2011, lors de la construction de la microcentrale hydroélectrique, située en aval du barrage de navigation, donc du « Linquet ». Ce dernier assure l’alimentation du canal de Roanne à Digoin, mis en service en 1838, puis du latéral à la Loire jusqu’au Bec d’Allier.

Cette portion de la Loire était empruntée par les « rambertes » (sapines) pour assurer principalement le transport du charbon stéphanois vers Paris et Nantes et aussi par les « roannaises ». Cette ancre a peut-être été perdue par l’une d’elles. Pour Anthony Chatton il s’agit, à priori, d’une ancre de chaland (à la vue de sa taille) datant probablement de la fin du 19e siècle. Le Directeur-adjoint du Musée de la Marine de Loire fait observer la présence d’un reste d’anneau (« cincinelle ») au niveau de la pointe, ce qui corrobore l’origine ligérienne. Elle est très abîmée, déformée, un bras cassé et le jas manque. Le Musée de Châteauneuf-sur-Loire, en possède plusieurs exemplaires.

 

 

L’image contient peut-être : plein air

 

Lire la suite de l'article

 

 

Avec le concours

du Liger club de Roanne

 

https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_5779106_201606265620307.jpg

 

 



10/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres