LIGER club de ROANNE, Loire

MAQUETTE/ "Sapine"

 

Alain FOURREAU

 


31 août 2016

Beausse, Maine-et-Loire

 

 

Alain Fourreau, chercheur en histoire de la batellerie du bassin de la Loire, créateur des Petits Bateaux ligériens et fondateur de l’association du même nom, ne cesse de nous surprendre.
 

Depuis quatre ans, il travaille sur l’histoire de la « Ramberte », qu’il appelle communément « Sapine ». Ce qui ne gâche rien surtout lorsque cela vient d’un ligérien de basse Loire angevine. En compagnie de sa femme Marie, sa complice dans ses travaux, ils ont étudié les régions et sites historiques autant de la Haute Loire que du haut Allier, ont exploré les archives départementales de St Etienne, de Clermont-Ferrand et bien d’autres : de celles qui longent le fleuve jusqu’à Nantes, des médiathèques de Roanne ou St Etienne, de l’ensemble des musées de ces régions et d’autres en rapport avec ce thème. Ils ont aussi rencontré de nombreuses personnes averties sur le sujet.

La recherche à travers les archives et les anciens témoignages ont permis de voyager de St Rambert à Paris et surtout à Nantes. Bien entendu, il en découle de tout cela, une reproduction de ce bateau, toujours à l’échelle 1/40e, réalisé exactement comme cela le fut il y a 200 ans.

 

 

 

sapine 1.jpg   sapine 2.jpg
"Sapine" ou "Ramberte"   © alain fourreau

 

 

Pour autant, on ne s’attendait pas à ce qu’il nous offre un ouvrage très pointu sur le sujet. Après son premier numéro, titré « Bateaux et batellerie », où il explique d’une manière très pédagogique ce qu’était cette batellerie au XVIIIe et XIXe sur le bassin de la Loire, il nous fait découvrir à travers son numéro deux, dans une centaine de pages, le bilan de son étude. Commençant par l’origine, le bois, ils ont approché le milieu forestier, assistés de spécialistes locaux jusqu’à découvrir des témoignages physiques des investigations de Colbert. Le tout ayant un lien étroit avec nos Rambertes dont il nous détaille ensuite son mode de construction. Il approfondit l’étude de la conception même de ce bateau, chose méconnue jusqu’ici. Il nous parle de toutes ces corporations où notre  bateau était l’élément économique central, de tous ces gens de métiers grands ou petits qui fourmillaient au sein même des forêts, jusqu’aux hommes de peu qui assuraient la fin de vie de ce que Alain Fourreau appelle « le chaland des montagnes ». C’est jusqu’à Nantes qu’il suivra l’ histoire du bateau, là où bien souvent il ne survivait pas, trop abîmé par un voyage de plus de 800 kilomètres. Cet ouvrage va à l’encontre de bien des idées reçues sur ce sujet et nous apporte un nouvel éclairage sur notre patrimoine fluvial d’un autre temps qui nous interpelle toujours.

 

 

 

BOOK Double  Transp - Compr.png

 

En savoir +

    

 

Alain Fourreau peaufine ses conférences sur le sujet à travers ses expositions de reproductions de bateaux. Il rédige actuellement un ouvrage sur la batellerie de l'Estuaire.

 

Le thème des travaux que l'on commence sera "la batellerie des rivières de basse Loire" où il y avait une navigation intense 2ème partie du XIX et début XXe, chose surprenante sur de si petites rivières. Là aussi, il y aura des découvertes surprenantes. L'estuaire est une zone maritime et les bateaux fluviaux s'y aventuraient peu mais là aussi, encore des surprises à venir. La partie basse Loire, jusqu'à Nantes sera évidemment traitée et à la loupe, il faut bien passer par là pour rejoindre les rivières.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2010/07/424727/artfichier_424727_4749558_201504200441476.jpg

les petits bateaux ligériens

 



31/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres